CLUB MASERATI FRANCE

105-107 Rue Aristide Briand
92300 Levallois-Perret

TEL :  06 73 99 53 07

contact@clubmaseratifrance.com

Modèles Emblématiques - 5

Le 1er juillet 1969 est un jour important dans l’histoire de la marque Maserati, puisque le premier exemplaire de la Maserati Indy construite pour un client quitte le siège historique de la Marque au Trident, via Ciro Menotti 322 à Modène, pour être livré en Suisse. La voiture est expédiée à l’importateur suisse de Maserati de l’époque, "Martinelli e Sonvico" à Chiasso. Quelques jours plus tard, l’Indy, en "oro metalizzato" pour la couleur extérieure et en cuir brun pour l’intérieur, est confiée à un riche homme d’affaires suisse.

La Maserati Indy a été présentée au Salon de l’Automobile de Turin en 1968, sur le stand de la Carrozzeria Vignale. L’année suivante, la voiture a fait ses débuts officiels sur le stand Maserati au Salon de Genève. Durant l’année 1968, Maserati construit environ 700 voitures, le meilleur résultat qu’il ait jamais enregistré depuis l’ouverture de l’usine de production de Modène. La gamme Maserati cette année-là était composée de Ghibli, Mexico, Mistral, Quattroporte et Sebring. Dans la même année 1968, Maserati a atteint une part de marché de 43% dans le segment « plus de 3500 cc » en Italie.

Le modèle Indy constitue une réponse du constructeur italien à la demande des clients désireux d’acheter une voiture confortable, habitable et sportive, Maserati a décidé de lancer ce projet de nouveau modèle, le projet AM116 (Alfieri Maserati 116) qui voit le jour assez rapidement. La Carrozzeria Vignale est chargée de concevoir un coupé quatre places qui apporterait confort, performances sportives et look innovant. Le résultat est l’Indy, dont le nom rend hommage aux victoires impressionnantes du 8CTF à l’Indianapolis 500 en 1939 et 1940.

La nouvelle Maserati Indy dispose d’une grande surface vitrée pour assurer une excellente visibilité sans angles morts, tout en donnant à la voiture une ligne particulièrement élégante. Elle présente également de nombreux détails qui caractérise la voiture de sport de l’époque comme les projecteurs « pop-up » rétractables ou la face arrière tronquée reflétant l’accent mis par les concepteurs sur l’efficacité aérodynamique.

Au lancement de l’Indy, le moteur est un V8 à 90° de 4 136 cc de cylindrée avec un alésage de 88 mm et une course de 85 mm. Il est alimenté par quatre carburateurs Weber 42 DCNF. La transmission standard est manuelle à cinq rapports, avec boîte automatique sur demande. Sa puissance de sortie était de 260 ch. et la vitesse maximale de la voiture est de 250 km/h.

En 1970, le modèle Maserati Indy est également proposé avec le moteur V8 de 4719 cc de cylindrée, équipé du nouveau système d’allumage électronique développé par Bosch. La puissance maximale a été augmentée à 290 ch., avec la vitesse maximale passe à 280 km/h.

A partir de 1971, un nouveau moteur plus puissant est proposé aux clients en parallèle avec les motorisations existantes. C’est un V8 de 4.930 cc de cylindrée qui développe une puissance maxi de 300 cv. 

A partir de 1973, ce moteur devient la seule unité de propulsion disponible pour l’Indy.

La Maserati Indy dispose en série d’une haute qualité de finition : sellerie en cuir, système anti-vol mécanique, volant réglable, lunette arrière chauffante, vitres teintées, sièges avant inclinables avec appui-tête et phares à iode. La boîte de vitesses automatique, la direction assistée et la radio sont disponibles en option. A partir de 1973, un système de climatisation est ajouté en standard.

Au total, de 1969 à 1975, l’usine de Modène a construit 1 102 voitures Indy.

Parmi les principaux clients figurait Abdorreza Pahlavi, le frère du Shah d’Iran, qui a commandé un modèle Indy en 1974, en spécifiant un certain nombre d’options dont un toit ouvrant. La voiture a été préparée pour répondre à ses besoins et livrée au siège de l’entreprise en février 1975. La voiture survit encore et est maintenant dans une collection privée.


 

Crédit Texte et Photos Jean-Pierre ECHAVIDRE - Avec son aimable autorisation.

Merci à Jean-Pierre ECHAVIDRE - Président de VICTOR ASSOCIATION - que vous pouvez suivre sur son Blog - Voitures de légendes




Haut de page