CLUB MASERATI FRANCE

105-107 Rue Aristide Briand
92300 Levallois-Perret

TEL :  06 73 99 53 07

contact@clubmaseratifrance.com

Modèles Emblématiques - 2

Après une courte pause, Maserati revient à la compétition en 1959 avec le modèle sophistiqué et très réussi Tipo 60/61 'Birdcage'. Conçu par Ing. Giulio Alfieri, la machine à quatre cylindres doit son surnom à son châssis à cadre spatial qui a été construit à partir d’un grand nombre de tubes courts de petit diamètre. Les développements rapides dans la conception des voitures de course, en particulier la révolution dans les implantations moteurs en position centrale contraignent Alfieri à travailler sur une remplaçante de la Birdcage un peu plus d’un an après ses débuts.

Baptisée Tipo 63, la nouvelle Maserati est l’une des premières voitures de course d’Italie à être équipée d’un moteur en position centrale. Malgré le déplacement du moteur Alfieri a pu reconduire plusieurs éléments mécaniques de la très compétitive Tipo 60/61. Le composant essentiel était, bien sûr, le châssis sophistiqué qui a été relativement facilement modifié. En termes simples, la place de siège conducteur et la place du moteur ont été échangées.

La suspension avant compacte à double triangle est reconduite pratiquement inchangée. À l’arrière, les changements sont plus importants puisque l’essieu Dedion avec un seul ressort à lames transversal est remplacé par une configuration à double triangle. Des ressorts hélicoïdaux avec amortisseurs télescopiques Koni sont implantés suer les quatre roues, de même que des freins à disque à commande hydraulique. Le réservoir de carburant est divisé en deux réservoirs distincts, montés latéralement de chaque côté du poste de pilotage.

Alfieri voulait que le Tipo 63 soit propulsé par une variante à trois litres du moteur V12 développé à l’origine pour la Maserati 250F de formule 1. Au moment où le premier prototype est achevé, le nouveau moteur n’est pas encore disponible aussi la voiture est équipée du moteur 4 cylindres des Birdcages précédentes. Celui-ci est accouplé à une boîte à cinq vitesses.  Les essais peuvent commencer à la fin de l’année 1960.

Le retour de Maserati en compétition est strictement limité à la construction et au développement des voitures, de sorte que la marque doit trouver des équipes privées pour réellement engager la nouvelle Tipo 63. Briggs Cunningham et le Team Camoradi des États-Unis et l’Italien Scuderia Serenissima montrent un intérêt pour la nouvelle Maserati et une première série de quatre voitures est construite au début de 1961. Celles-ci sont toujours équipées du moteur 4 cylindres de 2,9 litres tandis qu’Alfieri continue à travailler sur le V12. Les deux voitures « américaines » sont achevées à temps pour les 12 Heures de Sebring en Mars. Pilotée par des pilotes talentueux comme Bruce Mclaren et Stirling Moss, la Tipo 63 connait pourtant des débuts difficiles avec l’abandon des deux voitures. Suit le test des 24 Heures du Mans où les trois Maserati engagées réalisent le troisième, quatrième et cinquième temps. La Scuderia Serenissima engage ses deux voitures, toujours alimentées par le moteur à quatre cylindres, à la Targa Florio où elles terminent quatrième et cinquième.

A l’usine Maserati, les voitures sont alors équipées du nouveau moteur V12/. L’unité de trois litres comportaient deux arbres à cames et deux soupapes et bougies d’allumage par cylindre. Le moteur est alimenté par six carburateurs Weber à double passage. Il délivre, selon les chiffres officiels, une puissance maxi de 320 ch. à 8 200 t/mn. En même temps, les voitures sont équipées de nouvelles carrosseries avec un nez plus longs pour améliorer la stabilité. La première Tipo 63 V12 fait ses débuts aux essais du Mans où elle termine quatrième.

Quatre voitures, deux pour Briggs Cunningham et deux pour la Scuderia Serenissima, sont engagées aux 24 Heures du Mans, toutes équipées du moteur V12. Malheureusement, une seule des voitures Serenissima est prête pour la course.

Les trois voitures en piste se révèlent extrêmement rapides et la plus rapide est dans le rythme des Ferrari. Malheureusement, l’une des voitures de Cunningham doit abandonner ainsi que celle de la Serenissima pour ennui mécanique. La seule voiture encore en course remporte une quatrième place, le meilleur résultat de tous les temps pour Maserati au Mans.

Briggs Cunningham engage l’une des voitures du Mans aux Etats-Unis et, peu après, prend livraison d’un nouvel exemplaire, avec un empattement légèrement plus long. Walt Hansgen et Augie Pabst remportent deux victoires dans le championnat très compétitif de l’USAC. Pendant ce temps la Serenissima fait courir leur Tipo 63 une fois de plus, aux 4 Heures de Pescara où ils rencontrent de nouveau des problèmes de fiabilité. Louées à Maserati, les deux voitures sont retournées à l’usine après cette dernière course

De retour à Modène, Alfieri a continué à développer le design avec l’aide d’un jeune Gian Paolo Dallara. Le résultat a été le modèle Tipo 64 avec un essieu arrière Dedion et une carrosserie entièrement révisée. Deux voitures ont été construites et engagées par Serenissima et Cunningham, mais ont souffert d’un manque de développement. Une version finale fut le Tipo 65, qui combinait un châssis Tipo 63 avec le puissant moteur V8 du Tipo 151. La voiture n’a couru qu’aux 24 Heures du Mans de 1965 où elle n’a pas réussi, ce qui n’est pas surprenant.

Le fait qu’Alfieri soit sur la bonne voie a été ironiquement souligné par le rival Ferrari, qui a continué sa domination sa 250 P V12 à partir de 1962. Nous ne saurons jamais si la Tipo 63 et la Tipo 64 suivante auraient pu égaler la puissance de Ferrari. Le projet ambitieux aurait certainement pu bénéficier d’un développement accru si une équipe de travail de l’usine avait été mise en place…


 

Crédit Texte et Photos Jean-Pierre ECHAVIDRE - Avec son aimable autorisation.

Merci à Jean-Pierre ECHAVIDRE - Président de VICTOR ASSOCIATION - que vous pouvez suivre sur son Blog - Voitures de légendes




Haut de page